Si vous provisionnez vos VM VirtualBox avec Vagrant, vous avez sans doute eu l’idée d’automatiser le provisionning des machines virtuelles. Dans mon cas une VM GNU/Linux basée sur Debian 9.

Pour cela, soit vous faite tout manuellement et après les mises à jour deviennent fastidieuses, soit vous appliquez un script shell au démarrage de vagrant, soit vous utilisez Ansible.

Ansible est un outil opensource permettant d’automatiser le provisionning et la mise à jour des environnements à distance (via SSH). L’avantage par rapport à des outils tels que Puppet, est qu’il ne nécessite pas l’installation d’agent.

Je vais essayer de vous montrer comment mettre en place le provisionning via Ansible pour VirtualBox.

Configuration de Vagrant

Dans le fichier Vagrantfile, on active le provisionning via Ansible:

config.vm.provision "ansible_local" do |ansible|
ansible.playbook = "site.yml"
ansible.install_mode = "pip"
ansible.version = "2.7.10"
end

Cette configuration fait référence à un fichier « playbook » site.yml. C’est la configuration qui sera appliqué lors du provisionning . Que ça soit à la création ou pour les mises à jour.

Voici un exemple de contenu:

- name: VirtualBox
hosts: all
become: yes
become_user: "root"
become_method: "sudo"
roles:
- common
vars_files:
- vars/environment.yml

Ce fichier est la racine de notre configuration Ansible. On y référence les rôles appliqués et les fichiers d’ environnement. Voici un exemple de rôle:

- name: "Remove useless packages from the cache"
apt:
autoclean: yes
force_apt_get: yes

- name: "Remove dependencies that are no longer required"
apt:
autoremove: yes
force_apt_get: yes

- name: "Update and upgrade apt packages (may take a while)"
become: true
apt:
upgrade: dist
update_cache: yes
force_apt_get: yes

- name: "Install useful packages"
become: true
apt:
name:
- gcc
- g++
...
- zsh
- firewalld
state: present
update_cache: no

- name: ansible create directory example
file:
path: "{{ home }}/.m2"
state: directory
owner: "{{ username }}"
group: "{{ username }}"

- name: Install Maven settings.xml
copy:
src: settings.xml
dest: "{{ home }}/.m2/settings.xml"
owner: "{{ username }}"
group: "{{ username }}"

- name: "Install Maven"
raw: "curl -sL \"http://mirror.ibcp.fr/pub/apache/maven/maven-3/{{ maven_version }}/binaries/apache-maven-{{ maven_version }}-bin.tar.gz\" -o /opt/apache-maven.tar.gz && tar -zxf /opt/apache-maven.tar.gz -C /opt"
become: true
become_user: root
become_method: sudo

- name: "Change Maven Rights"
file:
path: /opt/*
state: touch
modification_time: "preserve"
access_time: "preserve"
owner: "{{ username }}"
group: "{{ username }}"

Les variables d’environnement permettent de variabiliser certains champs de vos rôles. On peut trouver par exemple les versions de certains outils déployés

maven_version: 3.5.4
username: vagrant
home: /home/vagrant
docker_compose_version: 1.22.0

Il y a une quantité impressionnante de modules Ansible que l’on peut utiliser. Que ça soit pour lancer des commandes shell ou lancer des services. Contrairement à la création d’un script shell qui pourrait faire les mêmes actions à la création, on peut facilement gérer la mise à jour de la VM car Ansible détecte les modifications lors de son exécution.

Configuration spécifique pour VirtualBox

Pour VirtualBox, j’ai ajouté deux fichiers de configuration supplémentaires à la racine:

ansible.cfg
[defaults]
hostfile = hosts
hosts
[local]
localhost ansible_connection=local

Provisionning

A la création

le provisionning peut se faire au lancement de vagrant via la commande:

vagrant up

Pour faire une mise à jour

Directement dans la box, vous pouvez lancer les commandes suivantes :

sudo mount -t vboxsf vagrant /vagrant

Puis, vous pouvez lancer les commandes suivantes dans la box:

su -
cd /vagrant
export ANSIBLE_CONFIG=/vagrant
ansible-playbook site.yml