Découverte de JHIPSTER

Dans la série, je me réveille après les autres, me voici en train de découvrir JHIPSTER.


Pourquoi me direz-vous. En bien je souhaite réaliser un site avec des fonctionnalités assez courantes (CRUD, recherche, identification via réseaux sociaux,…) sans trop me prendre la tête. Et là, je n’ai pas encore trouvé plus simple :).

J’étais tenté de passer par PlayFramework, mais à première vue, JHIPSTER parait plus simple à mettre en œuvre.

Mais bon qu’est-ce qu’il y a sous le capot ?
Un outil de scaffolding basé sur Yeoman fournissant un front angular (1ou 2) un back basé sur spring boot, une couche de persistance pour une base de données (mongodb, cassandra ou SGBDR) et bien plus encore.

Je ne décrirai pas la procédure d’installation car elle est déjà très bien documentée.

Voici plus précisément les fonctionnalités que je teste :
Coté front

  • AngularJS
  • Bootstrap
  • JWT

Coté Back

  • Spring Boot
  • Identification avec Spring Social / Spring Security
  • Persistence avec MongoDB ( Cassandra n’est pas encore supporté pour l’identification via réseaux sociaux )
  • Utilisation de SWAGGERUI pour documenter les API

J’ai toujours été un peu réticent vis à vis des outils de ce type ( appfuse, jboss forge,..) . Mais, là je suis bluffé. Si on veut faire une application de type CRUD sans se prendre la tête à réinventer la roue pour l’identification, l’ administration des logs, la documentation, etc , JHIPSTER est, à mon avis, l’un des meilleurs choix actuellement.

Cependant, cette intégration à un coût. En effet, l’équipe a fait des choix très structurants. Ce qui est normal pour fournir une solution aussi intégrée. Il faut les accepter si on opte pour ce genre de solution. Par exemple, le monitoring des services springboot est uniquement visible par une console web alors quand dans version standard de ce FRAMEWORK, c’est visible via API REST. C’est certes pas mal quand on est tout seul à gérer l’application, mais dès que l’on veut intégrer la supervision dans une entreprise qui dispose déjà d’outils tels que NAGIOS, cela devient plus problématique.
(Supprimé suite au commentaire de J. DUBOIS)

Pour finir, je dirais que l’une des contraintes à accepter lorsqu’on utilise ce genre de FRAMEWORK est qu’il faut rester dans le cadre préétabli pour qu’il y ait une réelle productivité. Si on veut tordre le modèle on risque de perdre en efficacité et en maintenabilité. A titre personnel pour mon use case, je m’en accommode bien et ça me permet de faire plus de choses en JAVASCRIPT que je n’aurai pu faire avec une application réalisée « from scratch ».

4 réponses à “Découverte de JHIPSTER

  1. Une petite erreur, les API REST sont toujours disponibles, comme en Spring Boot « normal », mais à quelques différences près:

    – Les URLs ne sont pas celles par défaut (c’est pour cela que vous n’avez pas dû les voir)
    – Elles sont sécurisées (c’est pour cela qu’on rajoute un prefix, et que ce ne sont pas les URLs par défaut, c’est plus simple à sécuriser). Donc il vous faut utiliser un login/mot de passe pour y accéder, ce qui nous parait plutôt mieux 🙂
    – Et nous rajoutons quelques APIs en plus de ce qu’il y a par défaut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *